Période de récolte

Table des matières

Section calendaire des périodes optimales de cueillette de plantes comestibles et médicinales.

Cette catégorie est dédiée aux moments les plus propices du prélèvement des parties végétatives des plantes ou des arbres dans le cadre de l’évolution de chacun d’entre eux, au fil des saisons et dans le plus grand respect de cette abondance que notre nature nous offre.
En effet chaque plante née, évolue et vit dans un cycle végétatif qui lui est propre, il n’est donc pas question de manquer au devoir de leur bien-être et de leur croissance.
N’oublions pas que sans elles nous ne sommes pas! Aimons-les, comme elles nous aiment!
Prenons en considération que la concentration des principes actifs contenus dans une même plante évoluent tout au long de l’année dans les différentes parties de celle-ci et soyons avisés et avertis qu’il demeure indispensable que le cueilleur sauvage doit s’adapter au rythme de la nature et non l’inverse.
Certaines plantes dites « persistantes » sont pourvues de leur feuillage toute l’année et sont récoltables sur toutes les saisons.
D’autres dites « caduques » se dépouillent de leurs parties aériennes en fonction des saisons et ne permettent plus leur prélèvement.
Ainsi, la période de récolte des plantes comestibles et sauvages dépend de l’espèce et des parties que l’on souhaite prélever.
Dans le but d’optimiser la qualité thérapeutique des parties cueillies, il est indispensable de les récolter à la bonne période et au meilleur moment du jour de cueillette.
Au printemps, il est le temps pour les végétaux de « monter en sève ».
La montée de sève est le processus permettant à une plante de faire naître ou renaître son appareil végétatif aérien et de développer ses tiges, ses feuilles et en fonction du type de plantes de développer ses fleurs et ses fruits en été. La sève équivalente à notre sang permet le transport et la redistribution de l’énergie de la plante afin de lui permettre son évolution et sa production jusqu’à sa mort.
Durant l’été, la sève se concentre dans sa floraison et sa fructification, il est donc proscrit le prélèvement de ses racines.
La majeure partie des ressources naturelles dont les végétaux ont besoin pour croître, évoluer, vivre et se nourrir sont contenus dans le sol. Puisées par les racines et les parties souterraines de ceux-ci, les plantes y trouvent l’eau, les nutriments, les oligo-éléments, les micro-éléments et macro-éléments qui garantissent d’assurer leur développement et leur survie.
Comme dit précédemment, cette sève permettant le transport des nutriments dans toutes les parties de la plante, et étant question de l’énergie dont elle a besoin pour vivre et produire et se reproduire, il va de soi que cueillir son système racinaire durant cette période contribue à stopper le processus d’alimentation du végétal.
En automne, vient la période de redescente de sève, celle-ci redescends dans le système racinaire de la plante, s’en suit la sécheresse des parties aériennes c’est durant cette phase que l’on intervient afin de récolter les graines.
L’hiver est la période d’entrée en dormance des plantes, toute la sève se contient désormais dans les racines, c’est à ce moment là que la récolte des systèmes racinaires, les écorces et le bois est la plus propice. On diminue l’impact de stress et d’affaiblissement des plantes ainsi que leur processus de guérison. C’est aussi le moment ou le taux de concentration des principes actifs contenus dans les parties souterraines est le plus élevé donc le plus intéressant en qualité thérapeutique.

Entrons dans les détails...

On a vu que les plantes persistantes sont récoltables toute l’année. Mais qui sont-elles?

La majorité des plantes aromatiques vivaces pour leur feuillage :

– Grande camomille « Tanacetum parthenium »
– Ail des ours « Allium ursinum »
– Aurone « Artemisia abrotanum »
– Armoise « Artemisia molinieri »
– Origan commun « Origanum vulgare »
– Romarin officinal « Rosmarinus officinalis »
– Sariette rempante « Satureja spicigera »
– Sauge officinale « Salvia officinalis »
– Laurier sauce « Prunus nobilis »
– Thym commun « Thymus vulgaris »
– Tanaisie commune « Tanacetum vulgare »…

Les arbres et arbustes résineux pour leur écorce et leur bois :

– Genévrier « Juniperus »
– Cèdre « Cedrus »
– Pin « Pinus »
– Mélèze « Larix decidua »
– Epicéa « Picea abies »
– Cyprès « Cupressus »
– Sapin « Abiès »…

Certaines plantes herbacées pour leur feuillage et leurs tiges :

– Ortie « Urtica dioïca »
– Mélisse officinale « Melissa officinalis »
– Grand plantain « Plantago major »
– Plantain lancéolé « Plantago lanceolata »
– Menthe officinale « Mentha spicata »…

Celles-ci sont à titre d’exemples mais bien d’autres encore existent et nous les tiendrons à jour de façon ponctuelle au travers des articles dans la catégorie « Conseils », « Période de récolte par plantes ».

Venons-en à nos cueillettes saisonnières…

Quelles sont les plantes à récolter en fonction de la saisonnalité?

La plupart des plantes herbacées annuelles et bisannuelles ainsi que les arbustes et arbres à feuilles caduques.
Elles devront suivrent un procédé de séchage ou de transformation afin d’être stockées, consommées et appliquées tout au long de l’année.
Afin d’éviter la détérioration des principes actifs de ces plantes une fois récoltées, il est primordial de réunir les meilleures conditions lors de la cueillette.
Le principal impératif est d’agir par temps sec! Oubliez de sortir vos bottes en caoutchouc par temps humide ou pluvieux, cela ne fera qu’augmenter vos chances d’une cueillette à perte par un mauvais séchage qui conduira à un fort risque de pourrissure ou de moisissure de vos précieuses récoltes.
En ce sens, l’idéal est d’attendre que la rosée matinale se soit dissipée.
En cas de brouillard, vous pouvez reporter l’opération en fin d’après-midi.
Préférez une journée ensoleillée sur des plages horaires à partir de 10h00 et 18h00.

Quelles parties d'une plante récolter? Quand?

– Les tiges des herbacées :
Début de printemps, après le développement foliaire et avant le début de la floraison.

– Les tiges des ligneux (arbres) :
L’hiver, pendant la période de repos végétatif (hibernation)

– Les feuilles :
Pendant leur phase de plein développement, lorsque les sommités commencent à fleurir (période ou les principes actifs sont présents dans la partie haute de la plante)

– Les fleurs :
Partie la plus délicate sera cueillie en bouton pour certaines astéracées qui ont la capacité de continuer à se développer une fois récoltées, sinon en tout début de l’épanouissement des fleurs, quand elles sont à peine ouvertes.

– Les sommités fleuries ou les épis :
Au début de l’ouverture des fleurs, avant la fécondation et la fructification de celles-ci.

– Les bourgeons :
Dès leur apparition, avant la fin de l’hiver ou au début du printemps, lorsqu’ils sont fraîchement formés et impérativement avant l’apparition des premières feuilles.

– Les fruits :
Dès leur maturité, si vous souhaitez les conserver avant leur consommation, pensez qu’ils continuent à mûrir après leur récolte.

– Les graines :
A pleine maturité, lorsqu’elles commencent à tomber du réceptacle floral, au moment ou les sommités fleuries jaunissent et se déssèchent. Récolter par temps très sec en pleine journée.

– Les parties souterraines :
Racines, bulbes, rhizomes et tubercules se récoltent en automne lorsque le système végétatif s’est desséché et que les réserves se sont accumulées dans les racines.
On peut les prélever également au printemps juste avant l’apparition des parties aériennes, mais cette pratique reste discutable pour les amoureux de la nature…

Les bisannuelles se prélèvent seulement la première année, les vivaces à partir de la deuxième année ou troisième année.

Les règles de cueillette sauvage :

– Etre assuré de la totale identification des plantes!
– Etre vigilant, ne cueillez pas de plantes rares ou d’espèces protégées.
– Evitez de prélever des plantes malades, ou ne vous paraissant pas saines.
– Faites preuve de délicatesse, ne déracinez pas lors de vos cueillettes, au besoin, replantez la racine.
– Cueillez uniquement les parties dont vous avez besoin, pas plus d’un tier de la plante afin de lui permettre de reprendre son cycle de vie.
– Evitez la cueillette dans des zones polluées (bordures de routes, champs et jardins cultivés et traités aux pesticides)
– Laissez sur place tout ce qui ne vous est pas utile, au besoin de prélever une plante entière, divisez sa racine en deux afin de la replanter.
– Aiguisez vos sens : observez, sentez, touchez, si vous êtes certain de votre identification, goûtez. Par mesure de précaution face aux déjections animales et humaines, prélevez à minima à 30cm de hauteur de collet de la plante.
– Nettoyez! Trempez vos récoltes dans une eau vinaigrée à raison d’une part de vinaigre pour 9 parts d’eau. Rincez. N’oubliez pas que les vitamines sont hydrosolubles, évitez les rinçages trop longs.

Vous avez désormais toutes les clefs en mains pour réaliser vos cueillettes saisonnières de façon saine pour notre environnement et pour vous dans le respect de notre biodiversité.

Belle récolte à tous!

Période de récolte par plantes